Archives de catégorie : Billets

Seminar/workshop Cameroon July-2019

PROGRAMME 

Workshop / Séminaire-atelier « Les sites et la mémoire de l’esclavage au Cameroun », Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (Université de Yaoundé I)

Yaoundé, 25-26 juillet 2019 

JOURNEE DU JEUDI 25 JUILLET 2019 

8h00- 9h00 : Accueil et installation des participants

9h00-10h00: – Mot de bienvenue de l’équipe Slafnet Cameroon par Ahmadou Séhou (Université de Maroua & Coordonnateur-Général du Cerpeta)

Présentation du Projet Slafnet par Marie-Pierre Ballarin (Coordinatrice & Principal Investigator, URMIS-MSHS, Université Côte d’Azur, Nice, France)

  • Keynotes by Olivette Otele (Bath Spa University, UK)
  • Mot du Recteur de l’Université de Maroua
  • Discours d’ouverture par le Recteur de l’Université de Yaoundé I

10h00-10h30 : Photo de famille et Pause-Café 10h30-13h00 : Panel 1 Sites et lieux de mémoire, un état des lieux

  1. « La notion de site de mémoire / Reluctant sites of memory », Olivette Otele (Bath Spa University, UK)
  2. « Les sites de mémoire de l’esclavage et de la traite au Cameroun », Ahmadou Séhou (Université de Maroua & Cerpeta)
  3. « Kourgui et Papata : deux villages pour deux formes d’esclavage au Nord-Cameroun », Adam Mahamat (Université de Maroua & Cerpeta)
  4. « Sites et lieux de mémoire de l’esclavage au Kenya et sur la côte de l’Océan indien », Marie- Pierre Ballarin (IRD, URMIS-MSHS, Université Côte d’Azur, Nice, France)

13h00-14h00: Pause-déjeuner

14h00-15h30: Panel 2 Rencontre entre architecture, imaginaires et discours mémoriels

  1. « Art et architecture des lieux de mémoire de l’esclavage : expériences d’ici et d’ailleurs »,

Sylvain Djache Dzefa (La Route des Chefferies, France)

  1. « Les imaginaires de l’esclavage transsaharien et transatlantique à travers les œuvres littéraires d’Etienne Goyomide et de Léonora Miano », Cécile Dolissane Ebosse (Université de Yaoundé I)
  2. « ‘‘La Case des Tempêtes’’ : discours, récits et attitudes autour du thème de la Traite négrière et de l’Esclavage au Musée maritime de Douala », Pascal Ndjock Nyobe (Université de Douala)

15h30-16h00: Pause-café

16h00-17h00: Panel 3 Mémoire culturelle et mémoire visuelle

  1. « Slavery and Slave Trade in the Western Regions of Cameroon (Africa): presence of Cultural memory, absence of Heritage », Samson Mengolo Mbel (University of Buea)
  2. « Le langage visuel  de la servitude et des lieux de mémoire », Mouadjamou Ahmadou (Université de Maroua et Cerpeta)

JOURNEE DU VENDREDI 26 JUILLET 2019 

08h00-10h00: Panel 4 Héritages et mémorialisation

  • « Esclavage et traites exportatrices dans le Royaume bamum (Ouest-Cameroun) : circuits de trafic et mémoire », Sylvain Mbohou (Université de Dschang)
  • « Mémoire et survivances de l’esclavage au Cameroun : une analyse socio-historique de l’évolution des pratiques esclavagistes dans le Royaume Bamoun, de Ncharé-Yen à Njoya », Abdel Kabir Pefoura (Université de Yaoundé I)
  • « Le statut post-abolition des anciens esclaves coutumiers des cours des Fô yemba de l’Ouest Cameroun, 1923-1960 », Florence Kenfack Tonang (Université de Dschang)
  • « Esclavage et mémoire: processus de mémorialisation de la traite à travers les constructions discursives souvenirs/réparations dans les pratiques rites-objets d’art chez les Yémba (Ouest- Cameroun)», Darice Malabon (Université de Dschang)

10h00-10h30: Pause-café 

10h30-12h30: Panel 5 Stigmates, survivances et genre

  • « Les villages d’esclaves au Cameroun septentrional: le cas du Roumde Djaouro (Bélel, Adamaoua)», Mohamadou Abba (Université de Ngaoundéré)
  • « Servantes et concubines dans le Royaume Wandala, du XIXeau XXIe siècle », Balkissou Halbo (Université de Maroua)
  • « Les stigmates de l’esclavage dans les relations interethniques à l’Est-Cameroun », Gilbert Mbeng Dang Hanse (ENS de Bertoua, Université de Ngaoundéré)
  • « Survivances africaines-américaines et réparations de l’esclavage : une lecture des œuvres des Afro descendants », Ismael Mfossi (Université de Yaoundé I)

12h30-13h30: Pause-déjeuner 

13h30-15h30: Panel 6 Politiques publiques et valorisation de la mémoire

  • “Slavery and Slave Trade Heritages as Places of Remembrance and Reflexion for Development within the Gulf of Guinea: The Case of English Cameroon, from 1833 to 2012”, Suh Hillary Sama (Université de Dschang)
  • « La mise en tourisme des sites de mémoire de l’esclavage dans les Grassfields : état des lieux et perspectives », Clovis Foutsop (ENSET d’Ebolowa, Université de Yaoundé I)
  • « Pour une réappropriation de l’histoire de l’esclavage à travers la lecture publique, les musées et le tourisme au Cameroun : enjeux et défis à l’heure de la décentralisation », Bertrand Iguigui (Université de Douala)
  • « Politiques publiques et valorisation du patrimoine culturel au Cameroun : cas des sites de mémoire de l’esclavage », Arouna Pountougnigni Mfenjou (Université de Yaoundé I)

15h30-16h00: Pause-Café 

16h00-16h30: Mots de fin et Clôture du Séminaire-atelier

PROGRAMME Séminaire atelier _SLAFNET CMR JUILLET 2019

 

Summary – Spring School

Dans le cadre du projet européen SLAFNET (https://slafnet.hypotheses.org) qui a l’objectif de mettre en dialogue des chercheurs et étudiants européens et africains autour des thématiques liées à l’esclavage en Afrique, une école de printemps a été tenue à l’Institute of Ethiopian Studies, Université d’Addis-Abeba, entre le 15 et le 19 avril 2019. Organisé par Prof. Ahmed Hassen (IES, Université d’Addis Ababa), Alexander Meckelburg (Hiob Ludolf Center for Ethiopian Studies, Université d’Hamburg) et Giulia Bonacci (IRD, URMIS), cet événement a rassemblé une trentaine de professeurs et d’étudiants venus de toute l’Ethiopie, du Kenya, du Soudan, d’Ouganda, d’Inde, du Royaume-Uni et de France. Des cours sur l’état de la recherche sur l’esclavage en Afrique, une table-ronde sur l’esclavage en Ethiopie, plusieurs sessions de discussion des travaux d’étudiants, une visite aux archives nationales, et la projection du film « Les routes de l’Esclavage » (coréalisé par Juan Gelas, Fanny Glissant et Daniel Cattier avec comme conseillère historique la Professeure Catherine Coquery-Vidrovitch) ont rythmé une semaine très chargée. Plusieurs partenaires ont contribué au succès de cette école d’été : le CEDEJ au Soudan, le CFEE en Ethiopie, l’ambassade de France en Ethiopie et au Kenya, l’Alliance Ethio-française et les National Archives and Library Agency à Addis-Abeba, la Compagnie des Phares et balises, l’INALCO, et le réseau européen d’études Africaines – AEGIS.

A Spring school was held at the Institute of Ethiopian Studies, Addis Ababa University, on April 15-19, 2019, in the framework of the European project SLAFNET (https://slafnet.hypotheses.org) that has the objective of implementing dialogue between European and African researchers and students around the thematic issue of slavery in Africa. This Spring school was organised by Prof. Ahmed Hassen (IES, Université d’Addis Ababa), Alexander Meckelburg (Hiob Ludolf Center for Ethiopian Studies, Université d’Hamburg) and Giulia Bonacci (IRD, URMIS), and thirty professors and students were invited who came from the whole of Ethiopia, from Kenya, Sudan, Uganda, India, the United-Kingdom, and France. The week-long event was structured by lectures on the state of research on slavery in Africa, a round-table on slavery in Ethiopia, various sessions discussing the students’ research, a visit to the National Archives, and the screening of ‘Slavery Routes’ (co-realised by Juan Gelas, Fanny Glissant and Daniel Cattier, with historical advisor Prof. Catherine Coquery-Vidrovitch). Various partners have contributed to making this Spring school a success: CEDEJ in Sudan, CFEE in Ethiopia, the French embassy in Ethiopia and in Kenya, the Alliance Ethio-française and the National Archives and Library Agency in Addis Ababa, la Compagnie des Phares et balises, the INALCO, and the European network of African Studies – AEGIS.

–  Giulia Bonacci,  3 mai 2019

INTERNATIONAL SUMMER ACADEMY Call for Applications

                                                                                 

Call for Applications 

International Summer Academy

“Unfree Labor Old and New”

3 November – 10 November 2019, Addis Ababa, Ethiopia


The international research center “Work and Human Lifecycle in Global History” (re: work) at Humboldt-Universität zu Berlin and the Department of History of Addis Ababa University will hold a Summer Academy exploring the historical lineages and contemporary meanings and practices of unfree work in a global context. The Summer Academy is an annual interactive workshop that the Center has been holding since 2010 at different venues. It is open for doctoral students working in the field of labor / anthropological, sociological, and other social sciences perspectives. Advanced doctoral students will have a chance to present their work before their peers and a group of senior scholars. This year’s workshop will take place in Addis Ababa, Ethiopia, from November 3 to November 10, 2019.

Unfree labor has a long pedigree, going back to the Egypt of the Pharaohs, ancient Rome, and empires and kingdoms throughout the world. In feudal Europe, it has been largely characterized by farm labor that the country is obligated to perform for the lord and in some instances the state. This practice persists in some places until the middle of the nineteenth century. In Asia, it assumes the character of the conscription of labor for plantations (as in Indonesia), the provision of transport for state officials and goods (as in India and Japan) and the obligation of merchant guilds to provide labor for the repair of temples , palaces and offices. In colonial Africa, unfree labor was mobilized for the repair of roads, railroad construction, and settler farms.

Elsewhere, adaptation to the end of slavery went along with the constitution of new households, the reconfiguration of domestic labor plowing, new or revived forms of coerced labor, trafficking, conflicts over the control of labor and the emergence of sharecropping, debt bondage, and forced marriages as a form of labour mobilization.

Download CfP_re-work_Summerschool_2019

Methodology Workshop – Dakar

                                                                   

WORKSHOP AND METHODOLOGICAL WORKSHOP

SENEGAMBIA, THE AMERICAS AND EUROPE IN MIRRORING IN THE 15TH-21ST CENTURIES:  RACE, COLOR, LIGNAGE AND SLAVERY.

METHODOLOGY WORKSHOP

MIRRORING SENEGAMBIA, THE AMERICAS AND EUROPE, 15th-21st CENTURIES:  RACE, COLOR, LINEAGE AND SLAVERY

Cheikh Anta Diop University, Dakar, 20-21 February 2019
Venue: Multimedia Room, UCAD 2

Workshop organized within the SLAFNET research program “Slavery in Africa: a Dialogue between Europe and Africa”

COORDINATION
Ibrahima Thioub (MAP, UCAD)
António de Almeida Mendes (CRHIA and CIRESC)
Abderrahmane N’Gaide (MAP, UCAD)


UCAD PARTNERS (University Cheikh Anta Diop)
MAP (African Center for Research on Treaties and Slavery)
CRHIA (Research Center in International and Atlantic History, University of Nantes)
CNRS – CIRESC (International Center for Research on Slavery, CNRS)
IRD (Research Institute for Development)
URACE project, Côte d’Azur University, IDEX JEDI, Académie 5
             

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation program under grant agreement No. 734596. https://slafnet.hypotheses.org     

PROGRAM

Wednesday, February 20, 2019

WORKSHOP METHODOLOGY: ADDRESSING THE ISSUE OF SLAVERY BY ARCHIV E

10h00 : Ibrahima THIOUB (CARTE, UCAD) et Marie-Pierre  BALLARIN (SLAFNET, IRD), Mots de  bienvenue et Présentation du projet SLAFNET

10h15 : Abderrahmane N’GAÏDÉ (CARTE, UCAD) et António DE ALMEIDA MENDES (CRHIA et CIRESC), Introduction à l’atelier

Pause

Session 1 : Marie-Pierre BALLARIN (IRD), Présidence et commentaires

11h00 : Djiguatte AMEDE BASSENE (CARTE, UCAD), Données quantitatives des esclaves libérés en Sénégambie française de la seconde moitié du XIX siècle au début XX siècle : Registres de libération des captifs et esclaves (1857-1904)

11h30 :   Charlotte GRABLI (CIRESC), Le récit des rencontres panafricaines à Léopoldville dans la presse congolaise des années 1950

Questions

Session 2 :  Présidence et commentaires Amadou DRAMÉ (UCAD)

14h :   Mame Coumba GENEVIEVE DIEME (CARTE, UCAD), Quelques habitudes de consommationissues de la traite en Sénégambie

14h30 :   Lise SIMORRE (Université de Nantes), La race en révolution ? Interroger les rapports entre race et abolition en contexte français sous le prisme des Archives Parlementaires

Questions

15h30 : Pause

Session 3 :   Présidence et commentaires Catherine COQUERY-VIDROVITCH (Université de Paris Diderot)

16h:   Henriette YAGUE (CARTE, UCAD), Actions abolitionnistes et persistance des idéologies serviles au Sénégal

16h30:  Urchelin ONHIMA (CRHIA), Lire la race et la couleur dans le Târikh es-Sûdân

17h : Pause

Session 4 :   Céline LABRUNE-BADIANE (CRHIA, IHA-CREPOS)

17h30 :   Lamine FAYE (ARCIV), La guerre et la problématique de l’esclavage dans les sources portugaises du XVe siècle

18h :   Mame Magatte Sène THIAW (CARTE, UCAD), La traite clandestine en Sénégambie (1807-1907) : mécanismes, enjeux et stratégies

Questions

Jeudi 21 février 2019

TERRAINS ET ENQUETES

10h00:  Abderrahmane N’GAÏDÉ (CARTE, UCAD), Saint-Louis (Sénégal) et ses environs comme espaces de “dilution” identitaire (XIX-XXI siècle)

10h30:  Marie Pierre BALLARIN (IRD), Mémoires de l’esclavage dans le Kenya contemporain

11h00 :  Valérie PIETRI (Université de Nice Sophia Antipolis), Récits et représentations généalogiques (France, XVIe-XVIIIe siècles) : rendre compte du rapport à l’ancestralité à partir de sources écrites

Pause et Questions

14h00 :  António DE ALMEIDA MENDES (CRHIA et CIRESC), Parcours de vies d’esclaves et de libres de couleurs : penser le statut, les représentations, la ‘race’, la famille et la mobilité dans la société
portugaise (XV-XIX siècles)

14h30:  Amadou DRAMÉ, Les interprètes du bureau des Affaires politiques de la colonie du Sénégal et dépendances : les éléments d’une prosopographie (1845-1905)

15h00 :  Céline LABRUNE-BADIANE (CRHIA, IHA-CREPOS), Couleur, race et bureaucratie coloniale : trajectoires de fonctionnaires antillais et guyanais en AOF et en AEF Questions et Pause

15h30 : Questions et Pause

16h30 : Conférence de clôture Catherine COQUERY-VIDROVITCH (Université de Paris VII), Les routes de l’esclavage

 Lundi 18 février et Mardi 19 février 2019 à partir de 17h00

Projection des 4 épisodes du documentaire Les routes de l’esclavage. Série télévisée documentaire en  quatre épisodes de 52 minutes ayant trait à l’histoire de l’esclavage coréalisée par Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant, coproduite notamment par la Compagnie des phares et balises.

Les projections seront suivies d’un débat en présence de Juan GELAS, Catherine COQUERYVIDROVITCH, Ibrahima THIOUB, Marie-Pirre BALLARIN, Abderrahmane N’GAÏDÉ, Céline LABRUNEBADIANE, Valérie PIETRI et António de ALMEIDA MENDES                                                                                                                                                                                                            

ARGUMENTAIRE

   Au XVe siècle, l’arrivée des Européens sur les côtes d’Afrique de l’Ouest induit des contacts inédits entre des populations culturellement différentes. En Europe du sud, les relations sociales étaient marquées par une perception de l’altérité basée notamment sur l’intolérance religieuse envers les non chrétiens et par une approche raciale associée à l’origine ethnique ou au territoire d’origine. Les sociétés sénégambiennes expérimentent au même moment de profondes transformations politiques qui se traduisent par une fragmentation territoriale et ethnique sur la base du lignage et des ordres établis. Dans les enclaves européennes qui naissent sur les côtes d‘Afrique de l’Ouest, des catégories telles que le sang, le lignage et la race ont dû s’adapter aux enjeux sociaux et politiques des sociétés sénégambiennes rapidement métissées et elles-mêmes confrontées à des processus d’islamisation, de ré hiérarchisation par le lignage, et/ou de reconfiguration territoriale complexe. La notion de « sang », de « race », qui liaient la « qualité » des lignages, la couleur de la peau et à l’« honneur », véhiculée par les
représentations européennes, mérite d’être mise en miroir avec les catégories de caste, d’ordre ou de lignage dans les processus identitaires à l’oeuvre dans les sociétés sénégambiennes. Ces désignations évoluent et interagissent dans le temps pour différencier des « vertus » héréditaires et des qualités
assignées de pureté ou d’impureté, liées à une ascendance libre ou servile.
Aux Amériques, en particulier dans les mondes caribéens, la couleur était devenue dès le XVIIe siècle un facteur prédominant pour penser le statut racial et socioprofessionnel de tout individu. Dans le contexte des espaces de contacts sénégambiens, des notions telles que l’honneur, la qualité, le statut, l’appartenance au lignage voire la confession religieuse s’avèrent déterminantes pour penser des situations d’exclusion ou d’inclusion dans les structures sociales et politiques naissantes. L’essor des discours scientifiques sur la race à partir du XVIIIe siècle est venu conforter l’approche biologique des
rapports sociaux qui n’a pas pour autant remplacé les réalités historiques propres à des sociétés nées de la rencontre entre Européens et Africains. La combinaison de tous ces éléments, et les profils sociaux et ethniques des populations sénégambiennes, a produit à l’échelle régionale une myriade de catégories socio-raciales : filho da terra (fils du pays), branco da terra (blanc du pays), grumete/gourmet, rapaz/rapace, cristão da terra (chrétien du pays), tangomao, etc. Dans les sociétés sénégambiennes préexistaient des vocables qui permettaient également de classer et de déclasser les individus : maccudo, jiyaado, gallunke. Ces termes désignent en société pulaaar un individu, mais avec des connotations différentes. La plupart de ces catégories s’avèrent inédites pour l’époque. Elles évoluent en fonction des espaces et dans le temps. Réglées par les législations et intériorisées par les acteurs sociaux, elles sont une des spécificités parmi d’autres de sociétés que l’on peut qualifier de métisses. Quatre axes de réflexion structureront cet atelier :

1. Les notions de pureté et d’impureté du sang. Il s’agira de réfléchir dans un cadre comparatiste aux parallèles qui peuvent ou non être établis entre les discours et les pratiques liées à la notion de pureté
de sang en contexte ibérique et les logiques à l’oeuvre dans les sociétés sénégambiennes.

2. Les catégories de « race » et de « couleur ». Il s’agira de chercher à comprendre comment les notions de « race » et de « couleur » ont pu être mobilisées par les différents acteurs dans des territoires
sous domination ibérique ou dans des sociétés sénégambiennes soumises pendant toute la période à des processus de mobilité, de migration et de métissages extrêmement importants.

3. Mémoires complexes de l’esclavage. Comment les catégories d’esclave et de descendants d’esclave se sont construites dans le cadre de sociétés marquées sur le plan économique, social et
politique par la participation à la traite atlantique ?

4. Les variations sémantiques. Il s’agit de faire l’étude des termes pour comprendre la complexité des rapports sociaux, la pluralité des dénominations et la diversité des formes d’esclavage. Ces pistes ne sont pas exhaustives, nous considérerons également des propositions portant sur des espaces immédiatement limitrophes, ainsi que sur des aspects plus théoriques qui puissent enrichir la réflexion transdisciplinaire.

PREMISES

In the 15th century, the arrival of Europeans on the West African coast gave rise to completely new contacts between culturally different populations. In Southern Europe, social relations were
characterized by a perception of otherness based on religious intolerance towards non-Christians and a racial approach associated with ethnic origin or territory of origin. At the same time,
Senegambian Societies have been deeply rooted in the field of cultural and social networking. In the European enclaves emerging on the West African Coast, categories like blood, lineage and race had to adapt to social and political stakes of rapidly intermingling Senegambian societies themselves confronted with the process of Islamization, rehierarchization by lineage, and / or of complex territorial reconfiguration . The notions of ‘blood’ and ‘race’
that relate to the ‘quality’ of lineages, skin color and ‘honor’, conveyed by European representations, should be mirrored with such categories as caste, order and lineage in the processes of identity building Senegambian societies. Such designations change and interact over time, distinguishing hereditary
‘virtues’ and assigned attributes of purity or impurity, linked to free or servile ancestry. In the Americas, the Caribbean in particular, as early as the 17th century, has a
predominant factor to determine all individuals’ racial and socio-professional status. In the context of areas of Senegambian contacts, such notions as honor, quality, status, lineage and
denominational denomination became determinative for defining situations of exclusion or inclusion in social incipient and political structures. The rise of scientific theories of race starting from the 18th century bolstered a biological approach to social relations
arisen from the meeting of Europeans and Africans. A group of regional and ethnic groups of the Senegalese population produced in a native country, native farmer, branco da terra (native white), grumete / gourmet, rapaz / rapacious, cristão da terra (local Christian), tangomao, etc. Senegambian societies had preexisting terms for classing and declassing people: maccudo, jiyaado, gallunke. These words refer to individual in Pulaar societies, with different connotations. Most of these categories were unknown at the time; they developed over time and space. They are one of many specificities of what we can call mestizos (mixed race).

The workshop will focus on four areas of reflection:

1. Notions of pure and impure blood. This paper uses a comparative framework to examine parallels that may or may not be established between the discourse and practices linked to the notion of pure blood in the Iberian context and the underlying operating systems of Senegambian societies.

2. Categories of ‘Race’ and ‘Color’. This course is intended to understand the meaning of the term ‘race’ and ‘color’. The term ‘race’ and ‘color’ could be used in the context of these principles in the field of mobility, migration and miscegenation.

3. Complex heritage of slavery. How did the slaves and slaves’ descendants develop in the context of societies marked economically, socially and politically by participation in the Atlantic Slave Trade?

4. Semantic variation. This is the study of the complexity of social relations, the diversity of denominations and the diversity of forms of slavery. These lines of thought are not exhaustive: we will also consider proposals relating to neighboring areas, as well as more theoretical aspects to enrich the cross-disciplinary debate. Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019a Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019b Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019c Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019d Program Workshop of Dakar Slafnet 20-21-2-2019e Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019f                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

The roads of slavery 

                                                                                                            

ARCHIVAL WORKSHOP-University of Lisbon

Archival Workshop – SLAFNET

Slavery and Slave Trade Research in the Portuguese Archives: The Indian  Ocean 1

Center of History School of Arts and Humanities of the University of Lisbon.

17th – 20th July 2018

Front row L to R : Vijaya Teelock, Eugenia Rodriques, Jayshree Mungur-Medhi, Stephanie Tamby                                                                      Back row L to R : Vitor Luis Gaspar Rodriques, Augusto Nascimento, Stephan Karghoo, Luis Frederico Antunes Dias, Hermenegildo Fernandes, Jose Damiao Rodrigues, arlos Almeida , Ashikoye Okoko

Hermenegildo Fernandes, Director Center for History University of Lisbon, giving the welcome address.

Jose Damiao Rodrigues giving introduction to African Slavery Research, Archives and Collections.

Portuguese sources on slavery in Mozambique, 16 th – 19 th  centuries presented by Eugenia Rodrigues

Luis Frederico Dias Antunes presenting on East Africa and the River Plate: slaves and silver business in Portuguese records.

 

Vitor Luis Gaspar Rodrigues presents about ‘Researching the slave trade and forced labor migration’

Visit the University of Lisbon, School of Arts and Humanities

Guided tour inside the library

Top & Bottom: At the Diplomatic Historical Archive

Top & Bottom: Some of the archival papers on the Overseas Historical Archive

 

1 This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation program under grant agreement no. 734596

 

 

 

SLAFNET PARTICIPATION AT NANTES SUMMER SCHOOL

Title:   What Does Slavery Mean? (XV-XXI Centuries)

Dates:   25th – 28th June 2018

The summer school aims at questioning the use of the term “slavery”, in different places, times and contexts. In many ways, the word slavery appears asadays and the most appropriate to situations, or scenarios that have occurred in the past, spaces or social fabric. To what extent can a new reading of global context, and the reinterpretation of colonial and oral sources, offer new possibilities for a specific context? Can we trust this prospect of slavery open new heuristic perspectives?

The summer school offers an opportunity for experts from the African, American and European worlds, in the Institute for Advanced Study of Nantes and / or members of the SLAFNET European project, and even invited to Nantes for the occasion, to reflect on the construction of categories, identities, and the colonial past of the city of Nantes itself.

Venue: The Dukes Of Brittany

Presentations

Dr. Marie Pierre Ballarin giving a presentation on the heritage of slavery, marginalization and conflict on the Kenyan coast.

Giulia Bonazza student from European University Institute by Antonio de Almeida Mendes from Nantes University.

Presentations in session 

Dr. Vijaya Teelock (left), University of Mauritius / SLAFNET European Project following a presentation by Salah Trabelsi from Lumière University Lyon 2. Dr. Vijaya presentation was about ‘Trafficking, slavery and the transition to commitment: New perspectives on the Mascarenes and the Indian Ocean ‘.

 

News

L’IRD coordonne le projet européen SLAFNET dédié aux legs de l’esclavage

Créer un réseau international de recherche dédié aux legs de l’esclavage, en Afrique et en Europe : tel est l’objectif du projet de recherche SLAFNET[1], coordonné par l’IRD. Financé par la Commission européenne, il associe une équipe pluridisciplinaire d’une cinquantaine de chercheurs, au sein d’un consortium rassemblant 13 partenaires du Nord et du Sud.

Pendant trois ans, SLAFNET favorisera la mise en synergie des travaux de recherche réalisés par des équipes européennes et africaines, francophones et anglophones, sur les dynamiques sociales mises en place après les abolitions de l’esclavage et jusqu’à nos jours.

Le projet mobilisera plus d’une cinquantaine de chercheurs, en France, au Kenya, à l’île Maurice, au Cameroun, en Ethiopie, au Sénégal, en Allemagne, au Portugal et au Royaume-Uni. Il permettra de :

  • Comprendre les questions relatives à la citoyenneté, à la marginalisation et à l’injustice dans les sociétés post-esclavagistes en Afrique et en Europe
  • Analyser la dialectique entre le souvenir et l’oubli de l’esclavage
  • Initier une réflexion sur les processus de patrimonialisation de cette histoire à l’échelle individuelle et nationale
  • Réaliser un inventaire des bases de données des ressources existantes sur l’esclavage dans l’Atlantique et l’océan Indien occidental

Les 13 partenaires de SLAFNET déclineront leurs travaux en trois volets : formation, recherche et valorisation, afin de promouvoir et soutenir la coopération entre chercheurs et institutions des deux continents (1), renforcer le soutien aux jeunes chercheurs africains et européens (2) et développer de nouvelles synergies avec le monde académique et non-académique (3).

Save the date

  • Janvier/février 2018: formations méthodologiques sur les services d’archives et leurs ressources, proposés par l’Université de BathSpa au Royaume Uni  et la Faculté de lettres de l’université de Lisbonne au Portugal.
  • Janvier/février 2018: participation des chercheurs du consortium aux séminaires du Centre nternational de recherches sur les esclavages (CIRESC – CNRS) à Paris.
  • Avril 2018: première école d’été de SLAFNET, organisée à l’île Maurice sur le thème « Between Slavery and post-Slavery: Citizenship, Dependence, and Abolitionism in African and Indian Ocean Societies , coorganisée par l’Université de l’île Maurice et l’Université de Birmingham.

Pour en savoir plus

SLAFNET est financé à hauteur de 1 107 000 euros dans le cadre du programme Horizon 2020 de la Commission européenne (programme RISE – Research and Innovation Staff Exchange).

Partenaires du consortium SLAFNET :

  • Europe : IRD, CNRS et Université de Nantes (France), Bath Spa University et University of Birmingham (Royaume-Uni), Faculdade de letras da Universidade de Lisboa (Portugal), Universitaet Hamburg (Allemagne).
  • Afrique : Catholic University of Eastern Africa et National Museums of Kenya (Kenya), University of Mauritius (Ile Maurice), Université de Yaoundé 1 (Cameroun), Addis Ababa University (Ethiopie), Université Cheich Anta-Diop (Sénégal).

http://www.ird.fr/toute-l-actualite/actualites/communiques-et-dossiers-de-presse/cp-2017/l-ird-coordonne-le-projet-europeen-slafnet-dedie-aux-legs-de-l-esclavage

[1] Slavery in Africa: a dialogue between Europe and Africa.