Methodology Workshop – Dakar

                                                                   

WORKSHOP AND METHODOLOGICAL WORKSHOP

SENEGAMBIA, THE AMERICAS AND EUROPE IN MIRRORING IN THE 15TH-21ST CENTURIES:  RACE, COLOR, LIGNAGE AND SLAVERY.

METHODOLOGY WORKSHOP

MIRRORING SENEGAMBIA, THE AMERICAS AND EUROPE, 15th-21st CENTURIES:  RACE, COLOR, LINEAGE AND SLAVERY

Cheikh Anta Diop University, Dakar, 20-21 February 2019
Venue: Multimedia Room, UCAD 2

Workshop organized within the SLAFNET research program “Slavery in Africa: a Dialogue between Europe and Africa”

COORDINATION
Ibrahima Thioub (MAP, UCAD)
António de Almeida Mendes (CRHIA and CIRESC)
Abderrahmane N’Gaide (MAP, UCAD)


UCAD PARTNERS (University Cheikh Anta Diop)
MAP (African Center for Research on Treaties and Slavery)
CRHIA (Research Center in International and Atlantic History, University of Nantes)
CNRS – CIRESC (International Center for Research on Slavery, CNRS)
IRD (Research Institute for Development)
URACE project, Côte d’Azur University, IDEX JEDI, Académie 5
             

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation program under grant agreement No. 734596. https://slafnet.hypotheses.org     

PROGRAM

Wednesday, February 20, 2019

WORKSHOP METHODOLOGY: ADDRESSING THE ISSUE OF SLAVERY BY ARCHIV E

10h00 : Ibrahima THIOUB (CARTE, UCAD) et Marie-Pierre  BALLARIN (SLAFNET, IRD), Mots de  bienvenue et Présentation du projet SLAFNET

10h15 : Abderrahmane N’GAÏDÉ (CARTE, UCAD) et António DE ALMEIDA MENDES (CRHIA et CIRESC), Introduction à l’atelier

Pause

Session 1 : Marie-Pierre BALLARIN (IRD), Présidence et commentaires

11h00 : Djiguatte AMEDE BASSENE (CARTE, UCAD), Données quantitatives des esclaves libérés en Sénégambie française de la seconde moitié du XIX siècle au début XX siècle : Registres de libération des captifs et esclaves (1857-1904)

11h30 :   Charlotte GRABLI (CIRESC), Le récit des rencontres panafricaines à Léopoldville dans la presse congolaise des années 1950

Questions

Session 2 :  Présidence et commentaires Amadou DRAMÉ (UCAD)

14h :   Mame Coumba GENEVIEVE DIEME (CARTE, UCAD), Quelques habitudes de consommationissues de la traite en Sénégambie

14h30 :   Lise SIMORRE (Université de Nantes), La race en révolution ? Interroger les rapports entre race et abolition en contexte français sous le prisme des Archives Parlementaires

Questions

15h30 : Pause

Session 3 :   Présidence et commentaires Catherine COQUERY-VIDROVITCH (Université de Paris Diderot)

16h:   Henriette YAGUE (CARTE, UCAD), Actions abolitionnistes et persistance des idéologies serviles au Sénégal

16h30:  Urchelin ONHIMA (CRHIA), Lire la race et la couleur dans le Târikh es-Sûdân

17h : Pause

Session 4 :   Céline LABRUNE-BADIANE (CRHIA, IHA-CREPOS)

17h30 :   Lamine FAYE (ARCIV), La guerre et la problématique de l’esclavage dans les sources portugaises du XVe siècle

18h :   Mame Magatte Sène THIAW (CARTE, UCAD), La traite clandestine en Sénégambie (1807-1907) : mécanismes, enjeux et stratégies

Questions

Jeudi 21 février 2019

TERRAINS ET ENQUETES

10h00:  Abderrahmane N’GAÏDÉ (CARTE, UCAD), Saint-Louis (Sénégal) et ses environs comme espaces de “dilution” identitaire (XIX-XXI siècle)

10h30:  Marie Pierre BALLARIN (IRD), Mémoires de l’esclavage dans le Kenya contemporain

11h00 :  Valérie PIETRI (Université de Nice Sophia Antipolis), Récits et représentations généalogiques (France, XVIe-XVIIIe siècles) : rendre compte du rapport à l’ancestralité à partir de sources écrites

Pause et Questions

14h00 :  António DE ALMEIDA MENDES (CRHIA et CIRESC), Parcours de vies d’esclaves et de libres de couleurs : penser le statut, les représentations, la ‘race’, la famille et la mobilité dans la société
portugaise (XV-XIX siècles)

14h30:  Amadou DRAMÉ, Les interprètes du bureau des Affaires politiques de la colonie du Sénégal et dépendances : les éléments d’une prosopographie (1845-1905)

15h00 :  Céline LABRUNE-BADIANE (CRHIA, IHA-CREPOS), Couleur, race et bureaucratie coloniale : trajectoires de fonctionnaires antillais et guyanais en AOF et en AEF Questions et Pause

15h30 : Questions et Pause

16h30 : Conférence de clôture Catherine COQUERY-VIDROVITCH (Université de Paris VII), Les routes de l’esclavage

 Lundi 18 février et Mardi 19 février 2019 à partir de 17h00

Projection des 4 épisodes du documentaire Les routes de l’esclavage. Série télévisée documentaire en  quatre épisodes de 52 minutes ayant trait à l’histoire de l’esclavage coréalisée par Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant, coproduite notamment par la Compagnie des phares et balises.

Les projections seront suivies d’un débat en présence de Juan GELAS, Catherine COQUERYVIDROVITCH, Ibrahima THIOUB, Marie-Pirre BALLARIN, Abderrahmane N’GAÏDÉ, Céline LABRUNEBADIANE, Valérie PIETRI et António de ALMEIDA MENDES                                                                                                                                                                                                            

ARGUMENTAIRE

   Au XVe siècle, l’arrivée des Européens sur les côtes d’Afrique de l’Ouest induit des contacts inédits entre des populations culturellement différentes. En Europe du sud, les relations sociales étaient marquées par une perception de l’altérité basée notamment sur l’intolérance religieuse envers les non chrétiens et par une approche raciale associée à l’origine ethnique ou au territoire d’origine. Les sociétés sénégambiennes expérimentent au même moment de profondes transformations politiques qui se traduisent par une fragmentation territoriale et ethnique sur la base du lignage et des ordres établis. Dans les enclaves européennes qui naissent sur les côtes d‘Afrique de l’Ouest, des catégories telles que le sang, le lignage et la race ont dû s’adapter aux enjeux sociaux et politiques des sociétés sénégambiennes rapidement métissées et elles-mêmes confrontées à des processus d’islamisation, de ré hiérarchisation par le lignage, et/ou de reconfiguration territoriale complexe. La notion de « sang », de « race », qui liaient la « qualité » des lignages, la couleur de la peau et à l’« honneur », véhiculée par les
représentations européennes, mérite d’être mise en miroir avec les catégories de caste, d’ordre ou de lignage dans les processus identitaires à l’oeuvre dans les sociétés sénégambiennes. Ces désignations évoluent et interagissent dans le temps pour différencier des « vertus » héréditaires et des qualités
assignées de pureté ou d’impureté, liées à une ascendance libre ou servile.
Aux Amériques, en particulier dans les mondes caribéens, la couleur était devenue dès le XVIIe siècle un facteur prédominant pour penser le statut racial et socioprofessionnel de tout individu. Dans le contexte des espaces de contacts sénégambiens, des notions telles que l’honneur, la qualité, le statut, l’appartenance au lignage voire la confession religieuse s’avèrent déterminantes pour penser des situations d’exclusion ou d’inclusion dans les structures sociales et politiques naissantes. L’essor des discours scientifiques sur la race à partir du XVIIIe siècle est venu conforter l’approche biologique des
rapports sociaux qui n’a pas pour autant remplacé les réalités historiques propres à des sociétés nées de la rencontre entre Européens et Africains. La combinaison de tous ces éléments, et les profils sociaux et ethniques des populations sénégambiennes, a produit à l’échelle régionale une myriade de catégories socio-raciales : filho da terra (fils du pays), branco da terra (blanc du pays), grumete/gourmet, rapaz/rapace, cristão da terra (chrétien du pays), tangomao, etc. Dans les sociétés sénégambiennes préexistaient des vocables qui permettaient également de classer et de déclasser les individus : maccudo, jiyaado, gallunke. Ces termes désignent en société pulaaar un individu, mais avec des connotations différentes. La plupart de ces catégories s’avèrent inédites pour l’époque. Elles évoluent en fonction des espaces et dans le temps. Réglées par les législations et intériorisées par les acteurs sociaux, elles sont une des spécificités parmi d’autres de sociétés que l’on peut qualifier de métisses. Quatre axes de réflexion structureront cet atelier :

1. Les notions de pureté et d’impureté du sang. Il s’agira de réfléchir dans un cadre comparatiste aux parallèles qui peuvent ou non être établis entre les discours et les pratiques liées à la notion de pureté
de sang en contexte ibérique et les logiques à l’oeuvre dans les sociétés sénégambiennes.

2. Les catégories de « race » et de « couleur ». Il s’agira de chercher à comprendre comment les notions de « race » et de « couleur » ont pu être mobilisées par les différents acteurs dans des territoires
sous domination ibérique ou dans des sociétés sénégambiennes soumises pendant toute la période à des processus de mobilité, de migration et de métissages extrêmement importants.

3. Mémoires complexes de l’esclavage. Comment les catégories d’esclave et de descendants d’esclave se sont construites dans le cadre de sociétés marquées sur le plan économique, social et
politique par la participation à la traite atlantique ?

4. Les variations sémantiques. Il s’agit de faire l’étude des termes pour comprendre la complexité des rapports sociaux, la pluralité des dénominations et la diversité des formes d’esclavage. Ces pistes ne sont pas exhaustives, nous considérerons également des propositions portant sur des espaces immédiatement limitrophes, ainsi que sur des aspects plus théoriques qui puissent enrichir la réflexion transdisciplinaire.

PREMISES

In the 15th century, the arrival of Europeans on the West African coast gave rise to completely new contacts between culturally different populations. In Southern Europe, social relations were
characterized by a perception of otherness based on religious intolerance towards non-Christians and a racial approach associated with ethnic origin or territory of origin. At the same time,
Senegambian Societies have been deeply rooted in the field of cultural and social networking. In the European enclaves emerging on the West African Coast, categories like blood, lineage and race had to adapt to social and political stakes of rapidly intermingling Senegambian societies themselves confronted with the process of Islamization, rehierarchization by lineage, and / or of complex territorial reconfiguration . The notions of ‘blood’ and ‘race’
that relate to the ‘quality’ of lineages, skin color and ‘honor’, conveyed by European representations, should be mirrored with such categories as caste, order and lineage in the processes of identity building Senegambian societies. Such designations change and interact over time, distinguishing hereditary
‘virtues’ and assigned attributes of purity or impurity, linked to free or servile ancestry. In the Americas, the Caribbean in particular, as early as the 17th century, has a
predominant factor to determine all individuals’ racial and socio-professional status. In the context of areas of Senegambian contacts, such notions as honor, quality, status, lineage and
denominational denomination became determinative for defining situations of exclusion or inclusion in social incipient and political structures. The rise of scientific theories of race starting from the 18th century bolstered a biological approach to social relations
arisen from the meeting of Europeans and Africans. A group of regional and ethnic groups of the Senegalese population produced in a native country, native farmer, branco da terra (native white), grumete / gourmet, rapaz / rapacious, cristão da terra (local Christian), tangomao, etc. Senegambian societies had preexisting terms for classing and declassing people: maccudo, jiyaado, gallunke. These words refer to individual in Pulaar societies, with different connotations. Most of these categories were unknown at the time; they developed over time and space. They are one of many specificities of what we can call mestizos (mixed race).

The workshop will focus on four areas of reflection:

1. Notions of pure and impure blood. This paper uses a comparative framework to examine parallels that may or may not be established between the discourse and practices linked to the notion of pure blood in the Iberian context and the underlying operating systems of Senegambian societies.

2. Categories of ‘Race’ and ‘Color’. This course is intended to understand the meaning of the term ‘race’ and ‘color’. The term ‘race’ and ‘color’ could be used in the context of these principles in the field of mobility, migration and miscegenation.

3. Complex heritage of slavery. How did the slaves and slaves’ descendants develop in the context of societies marked economically, socially and politically by participation in the Atlantic Slave Trade?

4. Semantic variation. This is the study of the complexity of social relations, the diversity of denominations and the diversity of forms of slavery. These lines of thought are not exhaustive: we will also consider proposals relating to neighboring areas, as well as more theoretical aspects to enrich the cross-disciplinary debate. Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019a Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019b Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019c Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019d Program Workshop of Dakar Slafnet 20-21-2-2019e Program Dakar Workshop Slafnet 20-21-2-2019f                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

The roads of slavery 

                                                                                                            


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.